Mutuelle Loire-Forez

Votre conseiller 04 77 96 94 61 (Appel non surtaxé)

Le sommeil, un allié qui nous veut du bien

Actus Vie de la Mutuelle | Publié le 18 novembre 2021

Partager :  

La rentrée est arrivée, et avec elle, son lot de contrôles et d’examens. Si, pour réussir, il faut avoir bien appris, pour bien apprendre, il faut savoir bien dormir ! Voici quelques conseils pour faire du sommeil l’allié de vos études.

Nous passons un tiers de notre vie à dormir. Et ce n’est pas pour rien ! Le sommeil est un précieux allié pour tous les apprentissages de la vie. Car, si le corps se repose, le cerveau, lui, ne chôme pas. Il permet de consolider les savoirs, de les associer, de les “synchroniser” en triant les informations. En bref, dormir permet de mieux apprendre.

Trouver le sommeil est parfois difficile

À partir de l’adolescence, l’horloge biologique se décale et la sensation de sommeil arrive plus tard... alors qu’il faut se lever tôt le matin. Résultat, les ados et les jeunes adultes dorment moins. Selon une étude de 2018*, 4 jeunes sur 10 dorment moins de 7 heures par nuit. Cette “dette de sommeil” est accentuée par le stress, la charge de travail, ou encore les sorties. Le sommeil est ainsi souvent considéré comme une “variable d’ajustement”. Pour la professeure Marie-Pia d’Ortho, spécialiste des troubles du sommeil, « le sommeil est primordial à un âge crucial pour les capacités de synthèse, d’analyse et de mémoire, notamment le sommeil paradoxal et le sommeil lent profond ».

Dormir pour mieux étudier

Apprendre ses cours et les mémoriser repose sur un seul organe : le cerveau. C’est pendant la nuit, et particulièrement durant la phase de sommeil lent profond et celle du sommeil paradoxal, que le cerveau se régénère. Dormir permet au cerveau de faire le bilan de la journée, de classer les informations et les leçons apprises. Il se débarrasse des informations inutiles et participe à la consolidation de la mémoire. Plutôt que de faire une nuit blanche la veille d’un partiel, mieux vaut donc ne pas zapper une bonne nuit de sommeil. Car le manque de sommeil est particulièrement néfaste pour nos capacités cognitives : il entraîne durant la journée un manque d’attention, de vigilance, tout en favorisant, en plus, les troubles anxieux.

Comment bien dormir ?

C’est toute une routine qu’il faut mettre en place. L’objectif est de respecter son horloge biologique qui a du mal à s’habituer au changement de rythme. D’abord, cela passe par l’alimentation : en évitant les repas trop lourds et les excitants (café, thé, alcool), la digestion et l’endormissement seront plus faciles. Ensuite, il est indispensable d’éteindre tous les écrans (télévision, téléphone, ordinateur ou tablette) au moins une heure avant d’aller au lit. Enfin, il faut conditionner son corps et son cerveau à se coucher à heure fixe, peu importe le partiel du lendemain.

* Étude OpinionWay pour l’institut du sommeil et de la vigilance

Source : Bonne Santé Mutualiste


Partager
Tweeter
Partager
Partager

Nous utilisons des cookies