Mutuelle Loire-Forez

Votre conseiller 04 77 96 94 61 (Appel non surtaxé)

Pollution intérieure : attention !

Actus Vie de la Mutuelle | Publié le 14 août 2020

Partager :  

Colles, solvants, peintures… de nombreux matériaux de bricolage et de décoration contiennent et dégagent des substances nocives pour notre santé et pour l’environnement. Voici quelques conseils pour bien bricoler, sans se polluer.

Que l’on soit un bricoleur du dimanche ou le roi de la perceuse, tout le monde a, un jour, eu envie de réaliser des travaux dans sa maison. Face aux nombreux produits et matériaux nocifs disponibles dans les commerces spécialisés, difficile de s’y retrouver et de bien choisir pour limiter l’impact sur la santé.

 

Un effet cocktail

Nous passons au moins 80 % de notre temps à l’intérieur. Autour de nous, de la peinture, de la tapisserie, parfois de la moquette ou du parquet stratifié, des meubles de grandes enseignes, sans compter les isolants, les plaques de plâtre, etc. L’accumulation de ces matériaux entraîne un effet cocktail d’émanations nocives : les composés organiques volatils (COV). Ces polluants peuvent rester dans l’air très longtemps.

 

Limiter les sources de polluants

Tout se joue donc sur le choix des matériaux. Pour les gros travaux, on préfère les matériaux naturels et écologiques, le bois massif et les colles labellisées EC1 à très faibles émissions. Pour la décoration, une peinture minérale à faible teneur en COV est préférable à des peintures avec solvants type glycéro. De même, on fuit les produits comportant un symbole dans un losange à bordure rouge (toxique, inflammable, dangereux pour la santé, irritant...). Depuis le 1er janvier 2012, les industriels ont l’obligation d’indiquer sur leurs produits de construction et de décoration les substances volatiles émises dans l’air. Il est à noter que plusieurs de ces COV sont classés cancérogènes avérés, comme le benzène ou le formaldéhyde.

 

Choisir les bons meubles

Oui, les meubles peuvent polluer notre intérieur, à cause des émanations de leurs matériaux. Ils émettent souvent du formaldéhyde, contenu dans les colles, les laques, les vernis, mais également les textiles. Les meubles en panneaux de bois reconstitués (aggloméré et contreplaqué) en contiennent également. Pour se protéger de ces “meubles toxiques”, quelques gestes doivent être mis en place : laissez le meuble le plus longtemps possible à l’extérieur ou dans le garage, pour qu’il “dégaze”, avant de l’introduire dans votre intérieur. Autres possibilités : achetez des meubles en bois massif ou traités sans COV, ou achetez d’occasion, la majorité des émanations se seront déjà échappées.

 

Se protéger

Tout d’abord, mieux vaut bricoler en extérieur, pour que les polluants ne se concentrent pas à l’intérieur du logement. Si cela est impossible, on laisse les fenêtres grandes ouvertes tout au long des travaux et jusqu’à trois jours après ceux-ci, même s’il n’y a aucune odeur. Avant de commencer, on lit les modes d’emploi et les précautions d’usage de chaque produit, qui doivent impérativement être suivis à la lettre. Après utilisation, les bidons et autres pots de peinture doivent être fermés et rangés dans un endroit hors de portée des enfants. Enfin, il est indispensable de porter des protections adaptées : gants, lunettes, masques, chaussures fermées et vêtements longs. En bref, on ne bricole pas en short et en tong, au risque de se brûler ou de se blesser gravement.

 

Pour plus d’informations, découvrez le guide de l’association WECF sur la “rénovation intérieure : comment protéger les enfants des substances toxiques ?”. Découvrez également le guide détaillé sur l’air intérieur et les produits ménagers à éviter. 


Partager
Tweeter
Partager
Partager

Nous utilisons des cookies